Baisse de la consommation des produits de Bricolage

renover-cuisine-petit-prix

L’inflation s’est installée et a priori, beaucoup préfèrent décaler leurs projets incluant des produits de bricolage. Qu’il s’agisse de rénovation, d’amélioration ou encore par exemple d’isolation. S’occuper de son chez soi n’est plus forcément prioritaire. Pourquoi un recul avéré des produits de bricolage au point que certaines enseignes ferment des magasins comme c’est le cas pour Mr Bricolage ?

Les matières premières coûtent plus cher

Les prix de beaucoup de matières premières ont augmenté. Par effet boule de neige, beaucoup de produits bruts ou transformés sont devenus plus coûteux. Cela pouvait déjà d’ailleurs se constater peu après la crise COVID. Des enseignes comme IKEA annonçaient la couleur à l’époque. C’est ainsi qu’avant même l’inflation, s’occuper de son intérieur devenait déjà une dépense non négligeable pour laquelle beaucoup devaient déjà faire des budgets avant d’investir ou dépenser. 

Réfléchir avant d’acheter

Nous sommes donc beaucoup à réfléchir avant d’acheter. Avant de dépenser. Face aux prix dans les magasins de Bricolage, il est certain qu’on peut facilement être dissuadé(e)s à l’idée d’acheter un nouvel équipement ou revêtement intérieur. C’est pourquoi entre certaines priorités du quotidien, le calcul est quelque fois très binaire. Le Bricolage passe après l’alimentation et autres dépenses fondamentales. Comme le paiement d’un emprunt immobilier, d’un loyer, d’une assurance habitation, du carburant pour son véhicule… 

Quelles alternatives aux dépenses relatives au bricolage ?

Plutôt que d’acheter, des alternatives existent heureusement. Même si parfois, on préfère avoir tout chez soi. Toutefois, devant des besoins parfois urgents de bricolage ou même de dépannage ou réparations, les alternatives se présentent comme évidentes et très économiques. 

Emprunter gratuitement ou gratuitement des outils

La location d’outils a le vent en poupe. Diverses enseignes en avaient fait une force, comme chez Bricolex (dont hélas plusieurs magasins sont remplacés en France par des surfaces GIFI). Louer, c’est payer beaucoup moins que d’acheter un appareil neuf parfois très coûteux. Emprunter est également possible. Que ce soit via le postage d’une annonce sur un groupe Facebook de votre commune ou via un groupe de voisins, beaucoup ont désormais recours à ce biais pour trouver une perceuse ou encore une tondeuse ne serait-ce que pour une journée ou quelques heures seulement. Gratuitement ou contre services, un peu à la façon d’un troc. 

La seconde main, les dons

Là encore, il faut sans doute savoir où chercher. Mais une fois qu’on a testé, c’est une façon assez simple de gérer la recherche d’objets de bricolage. Faîtes quelques recherches sur les réseaux sociaux ou plateformes d’annonces comme le Bon Coin pour découvrir que des dons existent. La seconde main également est parfois une évidence quand on ne peut se permettre d’acheter des outils de peinture alors que certains sont proposés au quart de leur prix pour une seconde vie. 

Un cycle généralement gagnant gagnant, quand on prend le temps de quelques recherches et comparaisons de prix. 

repeindre en rose

L’énergie devient un fort poste de dépense

C’est aussi la hausse du coût de l’énergie qui plombe beaucoup de nos budgets. Gaz, électricité… Alors sans surprise, ce sont les dépenses comme le bricolage qui passent au second voire dernier plan quand le principal est devenu très cher. 

C’est bien le problème car dans divers projets qui impliquent du bricolage, il est question non pas de décoration mais de résoudre par exemple des problèmes d’isolation divers : 

  • Isolation des ouvertures comme les fenêtres 
  • Isolation du sol
  • Isolation murale
  • Isolation énergétique

Loin des projets esthétiques, ces projets utiles et qui seraient à terme, rentabilisés par des économies en énergie et donc en euros, sont repoussés à plus tard alors qu’ils sont parfois indispensables. Car le temps qu’ils soient effectués, des travaux d’isolation engendrent des frais supplémentaires et parfois même, dégradent la qualité d’un logement. Nous savons tous très bien par exemple combien l’humidité trop présente est nocive pour les intérieurs comme pour la santé. 

Le bricolage sera-t-il bientôt un luxe ?

Il faut bien entendu espérer que non. L’idée n’étant pas de tomber dans le pessimisme. Mais il faut composer avec les faits. Aussi, beaucoup s’organisent pour tenter de faire face aux besoins urgents. Car bricolage ne rime pas qu’avec embellissement ou amélioration de l’habitat. Ces dépenses sont aussi très fréquemment des achats en urgence face à des incidents. Inondations, dégât des eaux… Beaucoup se passeraient bien de devoir dépenser de l’argent dans de tels cas. Pourtant, il le faut bien. Et c’est clairement là que le problème principal se pose. Le bricolage de première nécessité devrait rester accessible. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *